Actu

« Midi dans la gueule du monde » avec BATIDA

« Midi dans la gueule du monde » avec BATIDA

Avec BATIDA, les musiques électroniques se marient de plus en plus avec les rythmes traditionnels d’Afrique. Aujourd’hui, le producteur, bidouilleur et multi-instrumentiste lisboète passe une heure en notre compagnie et nous livre quelques secrets de ses productions kuduro digitales à la sauce angolaise.
br

br
Batida signifie « rythme » et c’est aussi le nom de beaucoup de compilations pirates qui circulaient dans les rues de Luanda. Sous le manteau, ces compilations émanaient des ghettos et se retrouvaient diffusées dans les kandongueiros, les taxis locaux. On y entend principalement du kudoro et elles révèlent, plus que la radio locale, le son qui fait vibrer les rues de la ville. Ce qui était à l’origine une émission radio imaginée pour promouvoir la nouvelle scène musicale africaine est devenu, au fur et à mesure, le nom de scène de Pedro Coquenao : beatmaker, producteur, vidéaste et dj de la scène bouillante de Lisbonne.
br
br
Après avoir traîné des année dans les quartiers métissés de la capitale portugaise, Batida commence à mixer les musiques issues des communautés de la diaspora capverdienne et angolaise avec l’electro. Pour se perfectionner il fait plusieurs allers-retours en Afrique. Notamment, il voyage en Angola où il s’imprègne de rythmes ancestraux et se retrouve immergé au sein du mouvement kuduro et de l’activisme politico-culturel angolais.
Cette expérience, combiné à sa culture musical de la scène « tropical bass », fait qu’il crée un univers sonore explosif et militant : un brin d’afro-house, de kuduro, de benga, de semba, mélangés subtilement avec des samples de vieux films angolais et d’instruments live.
br
br
Batida, c’est une véritable machine à faire danser, aux battements hallucinatoires et aux guitares enivrantes, d’où s’échappent parfois les résurgences d’un afro-beat sans âge et d’une afro-house avant-gardiste. Sur scène, il est rejoint par des danseurs, des DJs, des MCs, des artistes visuels.
Après un premier album éponyme, sorti en 2012 puis son célèbre second opus « Dois », sortis tout deux chez Soundway records, Batida à enregistré un disque en compagnie du légendaire groupe congolais Konono N°1. Dans ce disque enregistré dans un garage à Lisbonne, les likembés (pianos à pouce) électrifiés sont subjugués par les basses trépidantes de Batida pour donner une musique de transe explosive.
br
« Avant les ordinateurs, les gens se retrouvaient déjà et grandissait ensemble, ça reflète juste le melting pot qu’est cette ville. D’autres villes le sont aussi mais celle-ci a son propre mélange, les gens ne viennent pas du Mali, du Sénégal ou du Nigeria, il viennent d’Angola, Mozambique, Cap-Vert mais aussi du Brésil et bien sûr du Portugal, ça a crée un truc, c’est ça Lisbonne »
br

Nova Lyon

avril 23rd, 2018

No comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *