Actu

Dans la rue de Dan Ohlmann

Dans la rue de Dan Ohlmann

Cette semaine, Lucie Baverel repart dans les rues de Lyon, observer un quartier, une allée, un bar, le fond d’une cour ou d’un verre à travers les yeux d’une personnalité lyonnaise. Cette fois, elle emboîte le pas de Dan Ohlmann. Chapeau de cowboy toujours vissé sur la tête, il est le fondateur et directeur de musée Miniatures et Cinéma, rue Saint Jean. Du coup, on a pas été très surpris quand il nous a donné rendez-vous dans le Vieux-Lyon.

Lundi

On retrouve Dan Ohlmann, place du Change. Ces rues ce sont les siennes. C’est en les arpentant à l’époque de la tournée mondiale de ses cabines itinérantes de miniatures qu’il est passé par là et qu’il en est “tombé sur le cul”. “J’ai adoré Lyon ! ”. C’est donc à l’entrée de la rue juiverie qu’il a installé son premier Palais de la Miniature en 1990.
br
br
On découvre d’ailleurs que c’est à cet endroit aussi qu’autrefois il était possible de grimper à Fourvière en funiculaire.
“Tu vois en lumière rasante on voit écrit : sortie du funiculaire !” On lève la tête et on voit le quartier un peu différemment tout en découvrant comment Dan est passé de l’ébénisterie aux miniatures.  “J’ai toujours aimé l’idée d’avoir plusieurs vies’”.
br

Mardi

On esquive les hordes de touristes de la rue saint Jean et on arrive dans la cour du musée Miniatures et Cinéma. C’est là que Dan déménage son musée en 2005. “Et là aussi c’est toute une aventure !” Après s’être fait snober par la municipalité, il rencontre une femme très fortunée qui lui propose de lui acheter une maison pour son grand musée de miniatures et d’effets spéciaux de cinéma.
br
br
La gare saint Paul à vendre à l’époque ne sera pas à son goût, mais son choix va s’arrêter sur cette maison des avocats.
“Elle me dit, bon, c’est pas mal, allez les trouver et demandez leur combien ça vaut. Si c’est fait dans un mois, vous ajoutez 500 mille euros”. “Ça fait bizarre, imaginez le gars qui a toujours 3 sous qui fait le cacou a acheter une maison à 3,5 millions”.
br

Mercredi

On grimpe maintenant à l’intérieur pour découvrir “le deuxième musée”:  C’est l’atelier de restauration des objets de cinéma. Tout ce qu’on voit exposé est passé entre les mains de Dan Ohlmann ou de son équipe. Il nous montre un des aliens de James Cameron, très abîmé, qui attend d’être “botoxé”.
br
br
Ces pièces rares sont envoyées par des studios de cinéma ou achetées
“explosées ou cassées” directement par le musée. On contourne le costume de Hellboy, se plante devant les dinosaures de Jurassic Park et on admire les galères des studios Cinecitta.
br

Jeudi

On file maintenant visiter l’exposition temporaire dédiée au cinéma de Marc Caro et Jean-Pierre Jeunet. Une expo qui retrace le parcours des deux réalisateurs, avec des vrais morceaux d’Amélie Poulain, d’Alien : Resurrection ou de Delicatessen dedans. “Les expos temporaires chez nous c’est comme les concerts privés des musiciens. On veut faire des petites choses délicieuses et pas grandes.”  Costumes, storyboard, photos, détails de décors… “C’est tous les petits trésors que j’adore” raconte Dan Ohlmann qui en profite pour balancer en se marrant que Jean-Pierre Jeunet s’est lui aussi mis aux miniatures, mais “je lui ai dit : tu ne  feras pas carrière, c’est pas assez fin ce que tu fais !”
br

Vendredi

Nous voilà dans les bureaux de Dan Ohlmann et Laurie Courbier, chargée des expos du musée. Un studio vient de leur envoyer une énorme quantité d’objets et des cartons jonchent le sol. On y trouve la chemise de Jerry Lewis, les éperons de John Wayne ou des pièces de Men In Black… Oh tiens, même un soutien gorge de Lana Turner“Bon ça, on va pas le mettre en expo à priori !”
br
br
Le problème aujourd’hui au musée, c’est la place. “Il y a quelque chose à faire de plus important, mais sans subventions je ne peux pas bouger d’un poil ! Là on a 2000m², il nous faudrait 5000m² !” explique Dan. “Je ne sais pas ce que sera l’avenir mais c’est évident que nous, maintenant, on est coincé ! […] Ce n’est pas grave non plus, on est pas malheureux !”
br

br
L’expo Caro / Jeunet est à voir jusqu’au 5 mai 2019 au musée Miniatures et Cinéma, 60 rue Saint Jean dans le 5e.

 

Nova Lyon

novembre 20th, 2018

No comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *