Actu

Midi  dans la Gueule du Monde, avec Brain Damage

Midi dans la Gueule du Monde, avec Brain Damage

A l’occasion de la sortie de Combat Dub 4 – Revisited, un album qui célébrera ses 20 ans de carrière, le dubber invite ses compagnons de route à remixer des titres de son répertoire. Mathieu Girod est parti à la rencontre ce pilier de la scène dub-electro française. Martin Nathan, l’homme qui se cache derrière Brain Damage, revient sur deux décennies de création, d’activisme, de rencontres et de voyage.

Tout commence à Saint-Etienne dans les années 90. Martin Nathan baigne dans l’atmosphère punk des premiers sound system dub en France. Le stéphanois commence alors à créer sa propre recette en créant le label Bangarang en compagnie de son acôlyte Fedayi Pacha où il sortent en duo le projet Another Sound System Experience.

C’est d’ailleurs ensemble qu’ils sortiront la série de compilations de remixes intitulée Combat Dub.

En parallèle, Martin fonde Brain Damage en 1999, et commence à façonner un son unique. Un univers où ses machines font jaillir les différents aspects du dub dans un un mélange de mélodies électroniques entêtantes et explosives, sublimées par une basse puissante.

Au départ en duo avec son ami le bassiste Raphaël Talis, Brain Damage commence à écumer les scènes françaises. Le groupe va devenir une référence et rapidement l’un des portes paroles de la scène dub francophone. C’est naturellement qu’on retrouvera ses projets sur le label Jarring Effects.


Brain Damage c’est aussi une histoire de voyage et de rencontre. On ne compte plus les différents artistes qui ont collaboré avec lui. Du poète new-yorkais Black Sifichi à la chanteuse japonaise Emiko Ota, on croise la voix singulière de Tena Stelin ou l’énergie de Sir Jean.

Au gré de chacun de ses disques, il garde sa patte, sa propre façon de faire et nous fait découvrir différentes facette de ce style de musique. Du dub electro mystique de Bipolar disorder à l’album showcase Ashes to Ashes – Dub To Dub avec Learoy Green. Des albums conceptuels aussi comme Short Cuts avec 24 morceaux ne dépassant pas 2 minutes. Des opus atmosphériques emprunts du Dub Poetry notamment sur Spoken Dub Manifesto ou encore des disques très énergiques proches de la scène dub UK, comme sa collaboration avec son alter-ego anglais Vibronics.

Brain Damage a depuis voyagé outre atlantique. En 2015, il embarque ses micros et machines à la source du reggae dub, en Jamaïque. Installé dans le célèbre Harry J studio, il va enregistrer ses rencontres avec les monuments du reggae roots tels que Max Roméo, Horace Andy, Winston Mc Annuf ou encore Kiddus I. Ce voyage débouchera sur deux albums désormais mythiques, Walk The Walk (2015) et Talk the Talk (2016).


Après la Jamaïque, Martin Nathan atterrit en Colombie. Dès le premier jour où il pose le pied à Bogotà, l’histoire se répète. De connexion en rencontre, il se retrouve quelques heures plus tard en studio à enregistrer les activistes rap, reggae et dub qui incarnent les révoltes et luttes sociales de la capitale.

En découle une musique dub aux influences latines portée par les flows acerbes de Kontent Thug & Macky Ruff, Macky Ruff et La Gaitana ainsi que la voix mélodieuse de Jimena Angel.

20 ans que Brain Damage parcourt le monde et fait se rencontrer différents artistes et courants musicaux dans une musique effréné et inimitable. Et pour fêter ça, son cadeau est de nous offrir Combat Dub 4 – Revisited où il invite toute la scène dub à revisiter ses plus grands titres.

Nova Lyon

mars 28th, 2019

No comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *