Actu

Midi dans la Gueule du Monde, avec Maga Bo

Midi dans la Gueule du Monde, avec Maga Bo

Le beatmaker, producteur et DJ américano-brésilien à passé ces vingt dernières années à parcourir plus de 40 pays en rencontrant des musiciens locaux pour sortir des projets singuliers mêlant sonorités traditionnelles et musique électronique. L’inventeur de la Tropical Bass part en tournée au sein du groupe lyonnais Sociedade Recreativa. Mathieu Girod en a profité pour en savoir plus sur son épopée sonore aux quatre coins de la planète.

Tout a commencé à Seattle pour le multi-instrumentiste, lors d’une batucada où il est convié par le jazzman Jovino Santos Neto. Cette fusion des rythmes et cet héritage riche va pousser Maga Bo à s’installer à Rio de Janeiro en 1999 et à se faire naturaliser brésilien. Il va alors créer la Tropical Bass qu’il aime appeler Transational Bass, mélange de musiques ancestrales afro-brésiliennes, de compositions organiques, de bidouillages électroniques, de dub, de hip-hop et surtout d’un travail minutieux de la basse sous tous ses aspects.

Il va fonder son propre label Kafundo Records et va approfondir son travail de fusion sonore singulier. A chaque voyage, Maga Bo va revenir avec un projet. Les rappeurs de la scène du Caire, du Cap et de Dakar vont se retrouver propulsés dans l’univers futuriste du producteur au sein de son premier album, Archipelagoes.

On le verra ensuite en Inde, au Sri-Lanka, au Moyen-Orient où il sortira des productions sur des labels prestigieux tels que Tru-Thoughts, Ninja Tune, Cumbancha, Soot Records, World Connection. Des labels mais aussi des artistes, comme Filastine ou encore des compositeurs de renoms brésiliens qu’il invite sur son album, Quilombo do Futuro.

Une façon de préserver les rythmes afro-brésiliens et amazoniens en les transposant dans un futur proche. C’est dans cet esprit qu’il va poursuivre ce travail avec le trio lyonnais-brésilien Forró de Rebeca. De cette rencontre va naître un groupe, Sociedade Recreativa. Des musiciens qui pratiquent le forró du Nordeste, une danseuse et chorégraphe afro brésilienne et les beats electro-kuduro, bailé-funk ou samba futuriste qui jaillissent des machines de Maga Bo.

Le groupe a sorti en février son deuxième album, Sociativa, un mélange audacieux, et puissant qui vient contrer la politique autoritaire actuelle au Brésil.

« Je fais une analogie avec la situation socio-politique au Brésil. Il y a 200 ans, il y avait ces lieux de résistance appelés Quilombo, je pense qu’on peut en avoir maintenant et dans le futur. »

Nova Lyon

mai 14th, 2019

No comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *